TOUS MODÈLES TOUS MODÈLES

L'empire d'essence

 


Les demande répétées sur le type d'essence à mettre dans nos réservoirs a fait apparaître le besoin de certains d'entre nous d'en savoir plus sur les coulisses de l'Octane.
Sans vouloir faire de nous tous des spécialistes du moteur à combustion interne, vous verrez qu'il est malgré tout intéressant de se rendre compte de la puissance, non pas de l'explosion dans un cylindre, mais des lobbyings, qu'ils soient pétroliers, étatiques, relatifs aux fonds secrets et j'en passe.

 

Notions de thermodynamique

 

Les puristes ne m'en voudront donc pas des raccourcis pris ci-après.
Rappelons-nous simplement la pompe de nos bicyclettes d'antan : lorsqu'on regonflait un pneu, le corps de la pompe finissait par devenir très chaud. Même chose dans les cylindres : la compression échauffe le mélange air / essence. La constante de Schmurtz lie par ailleurs la température du gaz à sa pression ou à son volume : un gaz chauffé occupe un volume supplémentaire ou bien voit sa pression augmenter ; avec le moteur, on est dans ce dernier cas; si en plus on enflamme un composant de ce gaz, la température grimpe encore plus et la pression devient alors suffisamment forte pour effectuer un travail : le dispositif s'appelle alors moteur et à combustion interne parce que l'échauffement du gaz à lieu à l'intérieur du moteur (à l'inverse des machines à vapeur dans lesquelles la vapeur est produite par la chaudière à l'extérieur de la turbine).
Ces rudiments donnés expliquent le fonctionnement du moteur Diesel : le gaz est tellement chaud en fin de compression que l'ajout d'un produit inflammable provoque l'explosion. Mais pour chauffer beaucoup, il faut comprimer fortement et donc fabriquer lourdement
Le moteur à essence, lui, utilise un produit plus facilement inflammable et peut donc être de fabrication plus légère ; on a même trouver le moyen de provoquer l'explosion au moyen de la fameuse bougie qui fait l'étincelle… en plus, le produit étant plus raffiné, il y a moins de particules etc.. bref, nos pistons compriment et échauffent l'air et l'essence, la bougie fait l'étincelle, la température de ce petit monde augmente et la pression aussi ; elle chasse le piston etc…

 

Les évolutions

 

Les avancées technologiques, la couche d'ozone, les économies d'énergie et autres lutte contre les pollutions et protection sanitaire ont amené à utiliser de nouveaux produits qui n'utilisent pas de plomb mais présentent deux défauts liés à cette absence (on ne peut être bon partout !) :

  • ils ont tendance à exploser spontanément pendant la compression : c'est l'auto-allumage, très mauvais pour la mécanique puisque la pression augmente très fortement avant que le piston n'atteigne sa fin de compression (c'était autrefois très mauvais également pour les chevilles ou les mollets lorsqu'on prenait le retour de kick à cause d'un allumage trop précoce!)

  • sans plomb, les sièges de soupapes ne sont plus protégés (« lubrifiés » pourrait-on dire) .


bien sûr, chaque inconvénient a trouvé son remède :


  • les sièges et portées de soupapes font depuis longtemps déjà l'objet de traitements physico-chimiques qui leur permettent de résister à ce nouveau carburant et pour ce qui concerne les « vieilles soupapes » le plomb a été remplacé par du potassium qui assure cette protection lubrifiante dans un carburant spécialement conçu pour elles

  • l'auto-allumage est bloqué par divers composants chimiques ajoutés au carburant


 

 

le Dieu OCTANE

 

C'est qui lui ? d'une manière simple, c'est la mesure de la résistance à l'inflammation d'un mélange carburant / comburant : plus l'indice d'octane est élevé, plus lente est la combustion du mélange. Selon les dosages chimiques, on obtient un indice à 95 ou à 98. Cet indice caractérise la propriété d'un carburant à s'auto enflammer sous certaines conditions.
Ainsi des situations en haute altitude, un moteur à faible taux de compression, ou des températures basses nécessiteront des carburants capable de s'enflammer vite et donc, ….. à faible indice d'Octane – c'est bien, il y en a qui suivent !
A l'inverse une combustion trop rapide ou non déclenchée du mélange produit un cliquetis connu sous le nom d'auto-allumage, responsable de températures et de pressions anormalement hautes dans le cylindre, synonyme de perte de puissance et capable de produire des dommages au moteur.
Un amalgame existe souvent entre indice d'octane élevé et carburant… meilleur dirait-on, qui possède des propriétés que n'a pas le carburant ‘ordinaire'. C'est ici que les compagnies pétrolières et nos responsables politiques sont à blâmer : quels véhicules aujourd'hui nécessitent du carburant à indice d'octane élevé ??? répondez-nous Messieurs… aujourd'hui près de 95% du parc roulant à essence est conçu pour fonctionner de manière tout à fait normale avec du SP 95. Notons de plus que nous sommes le seul pays d'Europe à distribuer du SP98.
Le SP 98 n'apportera pas de surcroît de puissance, ne vous fera rien économiser sur la quantité, ne procure pas de ralenti plus doux, ne brûle pas plus propre et ne réduit pas l'usure d'un moteur conçu pour tourner au SP 95.
Par contre, un moteur prévu pour tourner au SP 98 et dont le manuel constructeur en fait mention, ne devra pas être utilisé avec un carburant d'indice plus faible sous peine des dommages cités plus haut (auto-allumage).

 

Si l'on veut être très précis, signalons qu'il n'y a que des désagréments à utiliser un carburant d'indice d'octane élevé (SP98) dans un moteur prévu pour un indice faible (SP95) :

 

  • le mélange est plus long à brûler, le dégagement de chaleur est donc aussi plus long et les soupapes en souffre nécessairement,
  • cette combustion plus lente voit la bougie d'allumage baigner plus longtemps dans le mélange et peut provoquer un « perlage » avant l'allumage (court circuit des électrodes par dépôt d'éléments carbonés sur celle-ci),
  • le taux de compression faible associé à l'inflammation lente provoque une combustion incomplète responsable des dépôts de calamine en haut des cylindres et de l'encrassement des échappements
  • le rejet de particules polluantes à l'atmosphère est accru,
  • le passage à la pompe provoque la souffrance du porte monnaie

 

Pour conclure, en réponse à l'un de nos collègues Winger, Honda précisait par écrit en Août 2000 que tous les véhicules 2 roues Honda produits depuis 1974 étaient conçus pour rouler au carburant sans plomb. Honda préconise l'utilisation du SP 95. Je peux également signaler que la très belle FERRARI 355GTB à côté de laquelle je me suis arrêté au feu la semaine dernière roule aussi au SP 95 (j'ai demandé au conducteur) ;

 


Alors, pourquoi dépenser plus ?
Reste une question : comment expliquer qu'un 2 roues de 400 kg propulsé par un 1800cm3 muni des derniers développements en matière technologique consomme plus que tout véhicule de cylindrée équivalente posé sur 4 roues et pesant plus du double ?

Breton

 

Réponse Honda du 03 août 2000

LES GOLDS
Création Mak2 - Hébergement MaSolutionWeb.com
© 2001-2017 fgwcf.org - Accès VIP