DÉBUT DE LA LÉGENDE DÉBUT DE LA LÉGENDE

La clientèle visée en priorité par la GoldWing est dès le début de son étude, celle des motards américains qui désirent parcourir de grands trajets au guidon d'une machine apte à une telle utilisation. La clientèle européenne est certes prise en considération, mais plus comme complément de ventes que comme marché à l'importance primordiale, car sur ce continent les motards de l'époque veulent principalement consommer de la performance.
A cette période, c'est à dire au début des années 70, ceux désirant voyager aux U.S.A. et traverser les grands espaces disposent alors que de deux machines de référence : la Harley Davidson et la BMW.
Les Harley jouissent alors d'une fiabilité supportant mal les grandes chaleurs et diffusant de sournoises vibrations, autant pour la moto elle-même que nuisibles au confort du pilote.
Les BMW sont, non seulement extrêmement chères, mais possèdent aussi des bruits mécaniques lancinants et manquent de véritable confort GT à l'Américaine.

 

 

Bien sûr il existe déjà de grosses japonaises comme les Honda 750, Kawa 900 ou autres 650 et 750 Yamaha, mais qui consommaient toutes beaucoup trop d'essence au regard de leur capacité de réservoir, elles diffusent également des vibrations désagréables sur grand trajet et surtout consomment des chaînes de transmission de façon astronomique. Plusieurs utilisateurs rêvent alors déjà d'une 750 Honda dotée d'un cardan.



L'histoire de la GoldWing débute réellement au cours de 1972, lorsque à l'automne de cette année se déroule une réunion destinée au grand tourisme. Sont alors présents les principaux ingénieurs de la marque, sous la présidence de Soichiro Irimajiri, afin de déterminer un concept de moto capable de replacer Honda sur le devant de la scène, car la 750 CB a fort à faire face aux Kawasaki 900, BMW 90S et bientôt d'autres grosses cylindrées en projet chez les concurrents.
Ce nouveau concept de moto devra être une machine de grand tourisme à l'américaine, sachant offrir confort, puissance, accélérations, fiabilité et endurance. Il faut se positionner dans un créneau actuellement libre où il existe une forte demande potentielle, car selon les études menées, les Harley touchent principalement une clientèle composée de Bikers et Clubs ainsi que de Hippies et les BMW, en tant que machines européennes à caractère touristico-sportif, ne s'avèrent que moyennement adaptées au très grand tourisme à l'américaine. Elles sont plus à l'aise en tourisme rapide à l'occasion d'un week-end, qu'en effectuant une traversée du continent américain.



De cette réunion sort le concept de la grande GT, qui donne ensuite naissance à un premier prototype, fabriqué à un seul exemplaire, d'une GoldWing propulsée par un moteur six cylindres à plat (hé oui, l'idée du flat six actuel n'est pas récente).
Ce moteur de 1470cc fournit une puissance de 80 chevaux à 6700 tours/mn et doit autoriser des vitesses de pointe de 220 km/h par l'intermédiaire d'une transmission par cardan.L'ensemble se révèle stable grâce au moteur à plat procurant un centre de gravité très bas, mais la longueur de ce moteur n'autorise pas une position de conduite agréable. Ce problème demeure insoluble et le projet évolue vers le concept du moteur 4 cylindres.

LES GOLDS
Création Mak2 - Hébergement MaSolutionWeb.com
© 2001-2017 fgwcf.org - Accès VIP